L'âme des sorcières

Publié le

-    Cet endroit est maudit.
-    Ne soit pas ridicule. Avance!
-    Mais écoute! Tu n'entends donc pas?

En effet, on percevait à travers le souffle du vent et le bruissement des arbres les cris des sorcières jadis brûlées ici. Plus rien ne poussait sur le cercle parfait de terre calcinée. Tout autour, la nature s'était imposée, mais la mort était définitivement installée sur le bûcher des sorcières.

-    On n'a pas le choix. On est les seuls à connaître le sort. Si nous ne libérons pas ces âmes, qui le fera?
-    Ces âmes ne veulent pas partir. Elles veulent se venger.

Elle ne répondit pas. Elle sortit une craie et traça soigneusement tout autour de la terre brûlée, jusqu'à la limite des arbres, un large cercle. Puis elle rejoignit son frère en son centre. Touchant chacun le cœur de l'autre, ils en sortirent deux sphères blanches et brillantes, aux contours vaporeux.

Dos à dos, ils récitèrent chacun d'étranges incantations. Les deux sphères blanches s'élevèrent et se rejoignirent au-dessus d'eux, se rassemblant pour ne plus faire qu'une seule sphère, plus blanche encore. Elle se mit alors à briller, révélant comme une grande cage arrondie autour du bûcher des sorcières. Une grande cage dans laquelle les âmes des sorcières brûlées restaient emprisonnées. Comme ils continuaient leurs incantations, le cercle marqué à la craie blanche, et qui délimitait à présent la cage, se mit également à briller et à s'évaporer dans l'air sous forme de centaines de petites boules lumineuses. Au fur et à mesure qu'elles s'élevaient dans le ciel, la cage semblait monter et disparaître avec elles. Quand le cercle de craie eut totalement disparu en même temps que les boules lumineuses, la sphère blanche se scinda de nouveau en deux et chacune reprit sa place dans le cœur des deux incantateurs.

-    On a réussi! C'était un sort puissant. Les âmes n'auraient jamais pu s'échapper.
-    Ils ont fait en sorte que leurs tourments de feu continuent même après leur mort.
-    Et maintenant, les sorcières damnées sont parties se venger.
-    Les véritables sorciers, qui brûlent et enferment les âmes innocentes, ne méritent que la mort.
-    Si seulement ces pauvres âmes savaient ce qui les attend en quittant la Terre ! Elles nous supplieraient de ne jamais les délivrer. Elles prieraient pour y rester enfermées à jamais.

Publié dans Il était une fois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article