Parlons scolarité

Publié le par Lyra78

J'ai toujours travaillé correctement à l'école.
Au début, parce que c'est comme ça: avoir des bonnes notes pour ne pas avoir de problèmes, travailler.
Ensuite, ça devient une habitude. Plus de questions à se poser. Des devoirs, faits plus ou moins sérieusement, et des contrôles, révisés juste assez pour se maintenir dans la moyenne.

Et puis un beau jour, je me suis rendue compte que ce que le lycée nous apprenait ne m'interessait absolument pas.
La logique des mathématiques a son charme, le fonctionnement des hormones sexuelles et la fusion des gamètes résolvent une part du grand mystère de la vie, et l'apprentissage du e=mc² permet de se sentir provisoirement très intelligent. L'histoire-géo, une grande succession de chiffres, chaque date dénombrant ses morts et ses vivants. Les langues, des textes aux sujets pas très diversifiés et au vocabulaire jamais très utile.
Le lycée, un mal nécessaire pour pouvoir accéder aux études que j'aurais choisi.
Juste trois ans à tenir. C'est peu cher payé pour faire ce qu'on aime ensuite.

Moment fatidique de l'orientation. Dix-sept ans: alors dis-moi, que veux-tu faire jusqu'au restant de tes jours?
Trop cher, trop difficile, pas de débouchés, pas assez bien, oups fallait pas faire S.

Pas de fac de bio pour moi, va pour une école d'agriculture. Des plantes, des animaux et de l'international. En plus, ingénieur c'est classe et ça paye bien.

Première année un peu décevante, c'est comme le lycée, les amis en moins.
Mais c'est normal, il faut deux ans préparatoires avant d'accéder au cycle ingénieur.
Deux ans, et après ce sera bien.
Me voila donc en troisième année.
J'attends toujours le déferlement d'intérêt pour mes études.
J'ai envisagé de changer d'école. Puis j'ai regardé de plus près les débouchés que me donnaient la mienne, pour finalement me dire que je ferais mieux de décrocher mon diplôme - plus que deux ans et demi - et trouver un boulot qui me plaira après.

Cela fait donc six ans que j'attends la prochaine étape de mon cursus scolaro-professionnel (c'quoi ce mot?) en espérant qu'elle soit plus intéressante.
J'en ai marre de me flinguer le cerveau, les yeux et le moral sur des cours qui ne m'intéressent pas.
Je suis consciente de la chance que j'ai de pouvoir faire des études, encore plus d'avoir des parents qui peuvent me les payer. Sauf que dans un sens, ils payent "pour rien". Mais je sais que jamais ils ne me laisseront interrompre mon cursus dans cette école qui coûte si cher.
"Le bonheur dans cinq semaines? Trop tard."
Il y a cinq semaines, la situation était exactement la même, je me demandais ce que je faisais dans cette école. Les cinq semaines précédentes aussi. Et les cinq d'avant également. Si je ne fais rien, rien n'aura changé dans cinq semaines. Ni même dans les cinq semaines d'après.

Il est peut-être trop tard pour cette prise de conscience. Est-ce que je peux me permettre de foutre deux ans et demi d'études en l'air? Pas vraiment.
Il faut que je fasse quelque chose. Mais quoi? Je ne sais pas. Autre chose, autre part. Mais quoi? Et bordel ça me pourrit l'esprit en permanence. Si seulement je savais ce que je voudrais faire.

J'aimerais juste avoir l'impression de faire quelque chose de ma vie. Au final, peut-être que tout ça n'est qu'un caprice d'un esprit pas encore sorti de l'adolescence. Peut-être que ça me passera.


Je pwned tout le monde avec un article pareil, personne ne le lira en entier o/

Publié dans RTL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> Si, je l'ai lu en entier o/...et le pire c'est qu'il m'arrive de penser la même chose...enfin j'ai peur de faire ce que je fais pour rien ou pour qq chose qui ne me plaira pas...je me dis "ms<br /> qu'est-ce que je fous là?"...ms je continue parce que "qu'est-ce que je pourrais faire d'autre?"...<br /> ça fait peur qd même, j'espère vmt qu'on peut mettre l'adolescence en cause!^^"<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Oui mais toi t'es hors concours, ça compte pas xD<br /> Pareil, je me demande ce que je pourrais faire d'autre. Y'a toujours un truc qui cloche avec les filières interessantes.<br /> <br /> A propos de l'adolescence, je me suis dit que si ça se trouve, les rumeurs sont vraies: on est vraiment con à vingt ans. On s'imagine qu'on peut avoir une vie exceptionnelle, changer le monde selon<br /> notre volonté, mener une révolution pour changer la société, devenir un héro dont le nom sera connu dans le monde entier, faire les études qui nous plaisent et même trouver un boulot super<br /> interessant après!<br /> <br /> <br />